Erysipèle récidivant

Les cas de récidives de l'érysipèle


On estime que 20 % des patients ont une récidive de leur infection. L'érysipèle récidivant est largement représenté auprès des patients souffrant d’insuffisance veineuse et/ou lymphatique chronique. La "porte d'entrée" de l'infection fait souvent sa ré-apparition ou bien est devenue persistante par négligence de son traitement ( ulcère de jambe, intertrigo interdigito-plantaire, etc...).

D'où l'importance de traiter la porte d'entrée et d'adopter une hygiène cutanée très soigneuse.

Les médecins orienteront également le patient pour la prise en charge d’une insuffisance veinolymphatique.



D'autres facteurs de risques ont été observés lors d'une récidive de l'érysipèle. En effet, pour 10 à 30% des patients un nouvel épisode infectieux apparaît dans un délai allant de 6 à 36 mois. Les analyses statistiques ont permis d’identifier les facteurs de risque d’un érysipèle récidivant. Il s’agit du lymphœdème, de l’obésité et d’une rupture persistante de la barrière cutanée représentée par exemple par un impétigo, une dermatophytie interdigitoplantaire ou une ulcération chronique. Le diabète n’est pas implicitement associé avec ces infections récidivantes.

En cas de récidives multiples, il faudra alors s'interroger sur une pénicillinothérapie au long cours (Extencilline, par injection intramusculaire) toutes les 2 à 3 semaines sur une période plus ou moins longue.